BERNARD GRANCOIN

 

Tu estimais
Immérité
Ton nom d’école,
Picol’s.

Nous connaissions
Tes passions
Contrastées:
D'un côté
La ville,
Du « Storyville »
Et des « 3-Maillets »
Où communiaient


Les jazz-fans
De Bill Coleman.
Et par ailleurs,
Le planeur,
La solitude,
La quiétude,
Le bruissement
Dans le vent.

Au revoir,
Bernard,
Car nous te reverrons
Quand les courants
Ascendants
Du dernier jour
A notre tour
Nous enlèveront
When the Saints go marching in
We want to be in that number..


Le témoignage d'Archi recueilli par Francis Remésy, et les informations que l'on trouve dans Google (mettre "Bernard Grancoin" en thème de recherche), confirment que Bernard était un ingénieur brillant (Médaille Blondel en 1979).